Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La gazette de Normalie

La gazette de Normalie

En résistance face au "sot"cialisme

16 Novembre 2013

Racisme : Quand nos expressions virent au cirque médiatique

« La guenon, mange ta banane la guenon »

Lors d’un déplacement à Angers le 25 octobre dernier, des enfants de militants de « la Manif Pour Tous » ont apostrophé la garde des sceaux par ces mots.

Mots qui ont profondément heurté le journaliste Harry Roselmack qui a réagi dans les colonnes du Monde : « Me voilà ramené à ma condition de nègre. Me voilà attablé avec d'autres noirs parce qu'ils sont noirs »

Contrairement à Harry Roselmack, ce qui me choque, ce n’est pas le prétendu racisme qui ressortirait de ces mots d’enfants nonchalants, c’est tout simplement le fait qu’une ministre de la justice puisse être interpellée de la sorte… C’est la signification d’un malaise puissant, c’est le signe du déclin de l’autorité étatique, de l’anéantissement d’une mystification qui est censée émaner des membres du gouvernement.

En République, en République Française, nous ne devrions jamais avoir à offenser nos représentants…

Là est tout le malaise. Pourquoi en arrive-t-on à cette extrême indiscipline ? À ce rejet de l’habituelle servilité qui caractérise si bien le peuple français ?

Il faudrait peut-être commencer à se poser les bonnes questions avant de répondre à des fantasmes par des accusations plus blessantes encore !

Car oui Monsieur Roselmack, dire que la France raciste est de retour, c’est salir tous les français ! C’est les ramener à leur condition de colonisateurs féroces et sanguinaires ! C’est appeler la haine en réponse !

Le quotidien « Minute » classé à l’extrême droite… à l’extrême droite de l’extrême droite à en croire Florian Philippot qui a qualifié ce journal de « torchon », a saisi la perche médiatique qui ressortait de la désormais « affaire Taubira » pour titrer en sa Une « Taubira, maligne comme un singe » « Taubira a retrouvé la banane ».

Ces expressions françaises font évidemment écho à la scène d’Angers mais ne restent néanmoins que des expressions françaises !

Jean-Marc Ayrault (Premier sinistre) est monté au créneau, saisissant quasi instantément le procureur de la République « afin de porter devant la justice ces faits susceptibles de constituer l'infraction d'injure publique à caractère racial ».

Arnaud Montebourg (Ministre du redressement régressif) réagissait sur France Inter « L’abjection a des limites, porter atteinte de cette manière mérite la justice. Il y a des cas ou la justice peut saisir des journaux, et heureusement quand les journaux violent les principes les plus fondamentaux de la République »

Harlem Désir (Unknown) a quant à lui appelé, avec le ton mesuré qui est le sien, à « une révolte des républicains face à une montée du racisme et du fascisme »

Bertrand Delanoë (pré retraité… Bon vent papy) attendait de la part du gouvernement de la « fermeté dans cette affaire ».

Droite « traditionnelle » et FN y sont également allés de leurs petites condamnations, se livrant à une véritable course à la bien-pensance… sans à aucun moment dénoncer l’enfumage qui accompagnait ce raffut médiatique !

Pourquoi s’indigne-t-on ? Pourquoi s’indignent-ils ?

Pourquoi « Minute » ce quotidien de la honte parce qu’étiqueté d’extrême droite n’aurait-il pas le droit de publier une première de couverture au ton satirique quand un Charlie Hebdo (de gauche donc fun) le pourrait ?

On interdirait la diffusion de ce magazine quand on laisserait l’imprimerie ouverte à son alter égo de gauche…Après tout… on dissout bien les groupuscules d’extrême droite sans dissoudre ceux d’extrême gauche…

À ne cesser de vociférer, personne n’a eu le courage de dire qu’aucune injure raciale n’était à signaler sur cette une !

Il n’y figure que deux expressions de notre langue française…Relevons à cet endroit l’hypocrisie générale régnante, car à vouloir à tout prix dénoncer ce qui est volontairement resté muet, on finit par le dire soi-même !

Condamner le journal reviendrait en réalité à insulter la ministre! Nos tribunaux admettraient que nos expressions ne peuvent s’employer à l’égard d’untel ou untel au prétexte de sa couleur de peau…

Notre justice reconnaîtrait malgré elle l’existence de races alors même que le combat initial était celui de l’unicité de l’espèce humaine… Quelle ironie, quelle stupidité aussi !

Les blancs peuvent être assimilés à n’importe quel animal sans que cela ne gêne personne…

Le plus dramatique au fond de ce gouffre du grotesque, c’est que tout n’est qu’instrumentalisation !

Faire s’affronter les français entre eux au lieu de les faire avancer ensemble…

Les disperser sur d’autres sujets que sur les plus graves, ceux qui par exemple, ont fait dégringoler François Hollande à seulement 15% d’opinion favorable selon un dernier sondage !

Tel est le challenge élyséen… le président perdant peu à peu la légitimité qu’il avait tirée de son élection au suffrage universel, tente sur une voie parallèle de délégitimer la grogne des français en n’ayant de cesse de les décrédibiliser… !

Publié par Alexandra D à 09:56am

commentaires

Pol Hémickh 23/11/2013 16:19

Moi, cela ne me gêne pas - Au contraire! - si on me dit que "j'ai la banane". Il faut vraiment avoir le complexe de la persécution pour y voir une insulte! ;)