Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La gazette de Normalie

La gazette de Normalie

En résistance face au "sot"cialisme

23 Janvier 2013

Hollande, le président normal qui partait en guerre "en Nord-Mali"

 

PETIT FLASH BACK :

Jusqu’au 22 septembre 1960, le Mali était une colonie française, appelé «  Soudan français ».

Deux ans auparavant, en 1958, des Touaregs au nord réclamaient déjà l’indépendance de la zone baptisée AZAWAD (« zone de pâturage » en français)

En 1968, Moussa Traoré prend le contrôle du pays par un coup d’état et y établit une dictature abominable qui perdurera jusqu’en 1991 et son renversement par Amadou Toumani Touré. Ce dernier fera émerger un embryon de démocratie dans cet écrin dictatorial qu’est l’Afrique subsaharienne. (Restons frileux sur le terme « démocratie », seulement 25% de la population malienne étant alphabétisée !)

L’année 2012 précipite le pays dans une guerre identitaire et territoriale : « le mali arabo-berbère au nord, le mali subsaharien au sud. »

Les Touaregs de la MNLA ( Mouvement National de Libération de l’Azawad) et les islamistes ( Ansar dine, AQMI, le  MUJAO veulent instaurer la charia dans l’ensemble du Mali), revendiquent l’indépendance de la Région.

En mars, un groupe militaire renverse le président Dioncounda Traoré , le jugeant inapte à gérer la crise dans laquelle se trouve le pays.

Le 12 octobre, l’ONU vote à l’unanimité la résolution 2071 qui prévoit d’aider le Mali à retrouver son unité, et d’y réaffirmer la démocratie.

À cette occasion, François Hollande déclarera :

« La France appuiera la mise en œuvre de la résolution matériellement, logistiquement mais nous n'aurons pas de soldats qui participeront à cette opération militaire […]Ce n'est pas notre place, ce n'est pas notre conception, mais nous ferons tout pour que cette intervention puisse réussir, nous la préparerons avec les Africains»

Le 11 janvier 2013, les rebelles prennent la ville de Konna, point stratégique entre les « deux mali », accélérant leur marche vers Bamako ; l’état d’urgence est décrété dans le pays, la France entre en guerre au Mali.

UNE INTERVENTION ARMEE, OUI ! MAIS PAS COMME ÇA, PAS SI VITE, PAS SI SEULS !!

Nous devions intervenir militairement, c’est évident ! Nous ne pouvions pas laisser les islamistes prendre Bamako !

Ces fous de Dieu tuent, violent,détruisent…imaginez un instant quel aurait été le carnage s’ils avaient gagné la capitale, qui abrite des minorités religieuses ( animiste, catholique)

Nous avions assisté, impuissant à la sauvagerie qui les animait, lorsqu’ils saccageaient à coup de pioches les mausolées classées au patrimoine mondial à Tombouctou parce qu’elles étaient vénérées par la population, et que «  seul Allah doit être vénéré ! »

Mais voilà…Le Mali s’étend sur 1 241 238 km² (à titre de comparaison, la superficie de la France est de 552 000 km²) et nous sommes désespérément seuls !! Oui, la CEDEAO promet de réunir environ 3000 hommes pour appuyer l’armée française, mais nous sommes très loin du compte !

NOUS ALLONS VERS UNE AFHGANISATION DU CONFLIT

La France se donne comme objectif, de faire reculer (à défaut d’éradiquer) les islamistes, et de former l’armée Malienne, qui pour l’instant, manque de tout, de pratique, d’armements..

La différence avec la guerre d’Afghanistan, c’est que l’OTAN appuyait cette intervention, avec  le concours de 37 pays…Au Mali, nous sommes seuls !!!

Le soutien  « moral » de la communauté internationale… c’est bien… ça nous fait une belle jambe !

Notre binôme européen, l’Allemagne, toujours endolorie des meurtrissures du passé, ne veut plus entendre parler de guerre, quelle qu’elle soit ! En pleine campagne électorale, Angela Merkel  ne peut pas prendre le risque, de se lancer dans un conflit armé à nos côtés !

Si nous faisons reculer les islamistes au Mali, un autre pays sera gangréné par ce fléau...et après ? Interviendrons-nous dans chaque pays ? Disons dans ce cas que la 3ème Guerre Mondiale a débuté depuis deux décennies !

Faire une guerre au Mali, contre ces individus, est peine perdue ! Notre ennemi, le terrorisme, est alimenté par des pays sournois, des pays qui sont nos principaux partenaires commerciaux…

Le Qatar finance les terroristes au Mali, ce même Qatar qui rachète l’entièreté de notre pays, petit à petit… en commençant par nos quartier les plus pauvres, ceux ou sombrer dans l’extrémisme religieux n’est qu’une question de temps !

Le pays financerait en effet le MUJAO ! (Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest) qui occupe les terres du Sahel…zone très riche en pétrole !

« Souaoudite » en passant, l’Arabie est aussi complice de cette conspiration envers l’occident .. le wahhabisme ( du nom de son fondateur Mohammed ben Abdelwahhab) est un mouvement extrémiste , qui prône l’expansion de l’islam dans sa forme originelle dans le monde entier, cette expansion se fait dans la violence et la brutalité…

Notre ennemi est bien plus grand qu’un simple monsieur Mokhtar Belmokhtar!

RETOUR DE LA FRANÇAFRIQUE…OUI !

Ne soyons pas dupes ! Je ne remets pas en cause la bonté de notre cher président, très soucieux du sort qu’aurait été celui des bamakois si la ville était tombée aux mains des islamistes…Mais n’oublions pas que le voisin de palier du Mali, le Niger est notre principal fournisseur d’uranium... n’oublions pas non plus que toute la région regorge de ressources minières importantes, l’or y est très abondant!!!

Nous ne connaissons pas précisément le coût des opérations au Mali, nos précédents nous en donnent cependant une vague idée… Le conflit Afghan coutait 1.6 million d’euros/ jour aux contribuables. La guerre au Mali devrait être moins onéreuse, puisque nous ne mobiliserons pas le porte avion Charles de Gaulle.

Reste que nos bourses seront mises à rudes épreuves, face à ce conflit qui tendra à s’enliser dans le temps…Nous qui sommes déjà endettés de 28 132 euros/ habitant !

 

Hollande, le président normal qui partait en guerre "en Nord-Mali"

Publié par Alexandra D à 12:02pm

commentaires